La FAQ d'UTransFORMATION

La FAQ d'UTransFORMATION

Voici la FAQ d'UTransFORMATION !
Les questions auxquelles nous répondons sont celles qui ont été posées sur Facebook ainsi que celles qui ont fait l'objet de plusieurs discussions au sein des membres de la liste.

Dans un premier temps, quelques réponses à des questions importantes au sujet du fonctionnement des élections :

  • Comment on vote ? C'est quoi les dates ?
    Vous pourrez voter sur evote.utc.fr du mardi 19 au jeudi 21 novembre.

  • Combien de temps dure un mandat ?
    Un mandat dure 2 ans mais on peut démissionner quand on le souhaite (si on est diplomé avant la fin ou qu'on souhaite arrêter parce qu'on a plus assez de temps ou plus l'envie) : des élections partielles sont alors effectuées pour élire les nouveaux candidats pour les sièges vacants.

Le fonctionnement de notre liste :

  • Qui compose UTF ?
    Vous pouvez retrouver la liste de nos 55 candidats sur cette page de notre site : https://utransformation.fr/qui-sommes-nous/.
    Certain.e.s de nos candidat.e.s sont d'actuel.le.s élu.e.s, d'autres ont de riches expériences associatives à l'UTC ou ailleurs, d'autres encore ont moins d'expérience dans tous ces domaines, mais nous avons tou.te.s la même motivation pour être les porte-paroles des étudiant.e.s au sein des instances où UTF sera représentée.

  • Vous avez un seul ancien élu CEVU dans votre liste contre plusieurs chez UTCo, avez-vous un manque d'expérience ?
    Effectivement, la liste UTF ne comporte qu'un seul élu CÉVU, cependant, elle est composée d'actuel.le.s élu.e.s au Conseil d'Administration, au Bureau de Département du Génie Informatique, au BDD Technologie et Sciences de l'Homme et au Conseil de Perfectionnement du Master.Par ailleurs, beaucoup des étudiant.e.s de la liste ont de l'expérience associative en tant que'ancien.ne.s responsables ou président.e.s d'associations ce qui donne les clefs essentielles à la compréhension des enjeux de l'UTC. La motivation de nos étudiant.e.s d'agir en tant que représentant.e.s des étudiant.e.s est aussi un point fort qui leur permettra d'acquérir cette expérience rapidement.La liste est large et nos candidat.e.s nombreux.ses ce qui nous permet aussi de nous appuyer les uns sur les autres pour obtenir des conseils et avoir les compétences les plus larges possibles.

  • Pourquoi se présenter à tous les conseils ?
    Nous trouvons cela important de porter un message cohérent au sein des différents conseils, de leur insuffler une même dynamique, pour faciliter les échanges entre les instances. Avoir des élu.e.s dans plusieurs conseils permet de travailler conjointement sur certains sujets concernant qui peuvent concerner différents départements.De plus, certains projets relèvent de la responsabilité de plusieurs instances en même temps.Prenons l'exemple de la compétence ingénierie durable : s'il relève du CÉVU de créer cette compétence, ce sont les Bureaux de Départements qui pourront réfléchir à la déclinaison pédagogique concrète au sein des branches ou du département TSH, notamment à travers la définition du programme des UV. Ainsi, un travail commun des élu.e.s du CÉVU et des bureaux de département sur ce sujet est un facteur clé de pertinence de la compétence ingénierie durable. Le fait d'avoir réfléchi à notre organisation, nos convictions et notre programme tous ensemble nous a permis de lancer dès maintenant une dynamique de groupe, tout en laissant bien sûr la porte ouverte à toute personne voulant s'investir dans ces projets à nos côtés.Par ailleurs, au vu du nombre de personnes qui souhaitaient s'engager dans le projet UTF, nous avions assez d'étudiant.e.s pour constituer des listes complètes pour les instances centrales, nous avons d'ailleurs été contraint.e.s d'organiser un vote (au jugement majoritaire) pour sélectionner les candidat.e.s UTF pour le CÉVU et le CA car trop d'étudiant.e.s souhaitaient s'y investir en tant que représentant.e.

  • Comment vous êtes vous organisé.e.s au sein de la liste ?
    L'un des objectifs qui nous a rassemblé.e.s était la volonté de se construire avec un fonctionnement horizontal, sans afficher de leader officiel ou officieux. Nous nous sommes donc réparti.e.s en groupe de travail (pour la communication, le recrutement, la rédaction de la charte ainsi que celle des programmes), dans lesquels des co-responsables étaient chargé.e.s de faire le lien avec le reste de la liste et de coordonner le travail sans que cela ne leur donne de "pouvoir" supplémentaire. Toutes les décisions majeures ont été prises grâce au système de vote du jugement majoritaire, dont le fonctionnement est expliqué dans ce post : https://utransformation.fr/organisation-interne-de-la-liste/.D'ailleurs un amphi conférence-débat présentant le jugement majoritaire et les modes de décision se tient mardi 19 novembre en FA 205 à 18h45. Il sera animé par Clément Mabi, un enseignant-chercheur à l'UTC ainsi que par Paloma Moritz, investie dans l'association Mieux Voter, dont nous avons utilisé la plateforme de jugement majoritaire (https://jugementmajoritaire.net/ ).Nous avons choisi d'organiser la communication interne de la liste UTF grâce au réseau social Mattermost, un outil open source en auto-hébergement chez l'association Picasoft. Nous avons également une équipe publique accessible par tous les étudiant.e.s, enseignant.e.s et personnels de l'UTC qui souhaitent nous poser des questions ou bien travailler avec nous sur des sujets relatifs à notre école ! Pour rejoindre l'équipe publique, c'est par ici : https://team.picasoft.net/utf-public/channels/town-square

  • Comment ca se passe pour les étudiant.e.s UTF qui seront élu⋅e⋅s et qui partiront à l'étranger ou en stage ?
    Nous avons organisé la liste de telle façon à ce que les binômes titulaires-suppléant.e.s comptabilisent un maximum de semestres de présence sur Compiègne, afin que si l'un.e des deux est absent.e durant un semestre, l'autre soit présent.e pour représenter les étudiant.e.s au sein des instances.De plus, nous souhaiterions demander au Service des Affaires Générales et Juridiques (SAGJ) d'inclure dans les statuts de l'UTC ou dans le Réglement Intérieur la notion de procuration afin que les binômes d'élu.e.s abent.e.s puissent tout de même confier leur vote à un.e autre membre élu.e de leur instance.

  • Comment ça se passe pour les élu⋅e⋅s qui terminent leurs études à l'UTC durant leur mandat ?
    Comme nous l'avons précisé dans notre charte (https://cloud.utc.fr/index.php/s/TTbztfOlsdKyDk4 ), les élu.e.s qui terminent l'UTC durant leur mandat à UTF s'engagent à démissionner d'office de leur poste et des élections partielles seront demandées pour élire des représentant.e.s jusqu'à la fin du mandat en cours.De plus, nous allons demander au Service des Affaires Générales et Juridiques (SAGJ) de préciser/rappeler dans les statuts de l'UTC ou dans le Réglement Intérieur le fait qu'un.e élu.e qui perd son statut d'étudiant.e perd également de fait son statut d'élu.e étudiant.e afin de lever l'ambiguïté sur ce point.

  • Pourquoi deux listes concurrentes se présentent-elles pour siéger aux conseils centraux (CA et CÉVU) alors que d'habitude il n'y a qu'une seule liste ?
    Pendant l'été, des discussions ont été entamées avec certain.e.s des membres actuel.le.s d'UTco pour essayer de faire une liste commune. Cela n'a pas abouti en raison de divergences d'opinions sur certains points, mais aussi pour des questions stratégiques. L'autre liste souhaitait en effet maintenir son candidat à la vice-présidence ou la vice-présidence étudiante du CÉVU, mais cela n'aurait pas été garanti au sein d'UTF, où les postes sont attribués de manière démocratique, via un vote interne au jugement majoritaire sans candidat annoncé.Mais le fait d'avoir plusieurs listes a des avantages. En effet, c'est la première fois que les élections font autant de bruit  à l'UTC, cela informe les étudiant.e.s car il y a plus d'enjeux que quand il n'y a qu'une seule liste (elle est élue d'office, là où quand il y a plusieurs listes, les résultats ne sont pas définis à l'avance !). De plus, cela reflète mieux la diversité d'opinion des étudiant.e.s : tout le monde n'est pas forcément d'accord, et peut se retrouver dans les valeurs d'une des deux listes. Cela permet aussi d'élever le débat et de confronter les différents points de vue.

  • Pourquoi il y a autant de listes en IM ? Pourquoi pas dans les autres départements ?
    C'est la branche la plus importante en nombre à l'UTC et il est donc normal que sa représentation provoque plus d'engouement.

  • Quelle est votre position par rapport aux syndicats étudiants nationaux comme la FAGE ou l'UNEF ?
    Nous avons fait le choix de rester indépendant.e.s de ces organisations, car nous voulons vous parler d'UTCéen.ne.s à UTCéen.ne.s. Les élu.e.s dans les conseils centraux (CÉVU et CA) des universités de France forment le corps électoral et éligible des représentant.e.s étudiant.e.s au conseil du CNESER tous les 2 ans (plus d'infos sur le CNESER ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Conseil_national_de_l%27enseignement_sup%C3%A9rieur_et_de_la_recherche#Composition ).
    Ce sont donc les prochain.e.s élu.e.s du CÉVU et du CA de l'UTC qui voteront pour leurs prochain.e.s représentant.e.s au CNESER (parmi notamment des candidat.e.s de la FAGE ou de l'UNEF).Nous voulons représenter l'avis des étudiant.e.s lors des élections du CNESER, avis que nous ne connaissons pas encore. Nous comptons donc, si nous sommes élu.e.s, vous demander votre avis d'étudiant.e.s avant de voter pour les représentant.e.s du prochain CNESER. Une quelconque association avec l'un des syndicats (FAGE, UNEF, etc.) nous pousserait à voter d'office pour celui-ci, sans vous consulter. À titre d'information, la liste UTCo est soutenue par la FAGE et la FAEP.Nous sommes cependant ouvert.e.s à un travail avec ces organisations si nous sommes élu.e.s, c'est pour cela que nous avons contacté la FAGE et la FAEP pour nous présenter il y a quelques semaines, car la FAEP possède 5 sièges sur les 6 sièges étudiants au Conseil d'Administration du CROUS de Picardie. Nous espérons donc qu'ils seront capables de défendre les intérêts des étudiants de l'UTC à nos côtés pour palier les problématiques récentes que nous avons eues avec le CROUS du Port à Bateaux.

Le programme de notre liste :

  • Qu'entendez-vous par "des individus critiques et engagés" ?
    L'UTC forme d'ores et déjà des individus capables de se questionner. A travers la transformation de l'UTC que nous souhaitons co-construire, nous voulons ajouter de nouvelles dimensions à ces questionnements et permettre aux étudiants d'interroger le rôle de l'ingénieur.e, et également qu'il soit à l'origine d'un questionnement chez les autres.

  • Qu'entendez vous par " rediscuter le label aéro " ?
    Nous jugeons que le label aéronautique n'a aujourd'hui pas de cohérence à l'UTC car aucune UV abordant les notions nécessaires à l'acquisition de connaissances en aéronautique n'a été mise en place. De plus, le secteur de l'aéronautique est l'un des secteurs les plus polluants au monde, nous souhaitons donc que l'UTC fournisse aux étudiant⋅e⋅s les clés nécessaires à la réalisation d'une étude critique de ce secteur et d'en identifier les axes d'amélioration. Cela pourrait passer par :"L'instauration du dialogue avec les enseignant⋅e⋅s et les étudiant⋅e⋅s à propos du label aéronautique afin de le modifier pour qu'il inclut des UV spécifiques et une grand part de Sciences Humaines et Sociales, ou le supprimer si une réelle formation ne pourrait pas être proposée aux étudiant⋅e⋅s sur le sujet en interne à l'UTC." (Proposition tirée du programme du bureau de départements IM pour la liste UTF)

  • Dans la mesure où vous souhaitez encourager l'ingnierie durable à l'UTC, quelle place laissez vous aux étudiant.e.s qui ont pour projet de travailler dans un domaine d'industrie qui n'est actuellement pas propre ?
    En ce qui concerne les problématiques environnementales (et sociales) que posent certains secteurs particulièrement polluants, nous sommes bien entendu conscient.e.s que le travail de l'ingénieur.e est incontournable dans les secteurs d'activité où des solutions sobres et résilientes n'existent pas encore. Nous ne croyons cependant pas au mythe qui prétendrait permettre de régler les problèmes de chaque activité à coup de solutions miracles grâce au progrès technologique ; pour être réellement force de propositions soutenables, il nous faut réfléchir aux problématiques intrinsèques à chaque secteur, auxquelles la technique ne peut pas toujours répondre. Par exemple, dans le cas concret de l'aéronautique, nous pensons donc qu'il est également nécessaire que l'ingénieur.e réfléchisse à la mobilité de demain en lien avec l'écologie.

  • Qu'est ce que vous entendez par changement radical de trajectoire dans l'introduction de votre programme général ?
    Il faut comprendre le terme "radical" dans son sens premier : "qui appartient à la racine de quelque chose". Nous pensons que, pour une prise en compte réelle des enjeux environnementaux et sociaux au sein de l'UTC, travailler sur la forme n'est pas suffisant (réduction des déchets, maitrise des consommations énergétiques, etc.) ; il faut également repenser le fond en travaillant l'esprit critique des étudiant.e.s, en incorporant ces enjeux aux enseignements, en réfléchissant à nos futures activités professionnelles, etc. En somme, il s'agit d'approfondir la réflexion écologique et sociale, pour éviter le green washing facile. C'est une dynamique que nous voulons lancer, mais nous avons conscience que ce changement radical, en profondeur, ne peut pas se faire totalement à l'échelle de notre mandat et doit se co-construire avec toutes les parties prenantes de l'UTC.

  • Qu'est ce que vous souhaitez défendre en premier lieu parmi toutes les propositions du programme si vous êtes élu.e.s ?
    Nous souhaitons mettre en place plusieurs groupes de travail sur les différents projets à mettre en place. La priorité des points à aborder n'a pas encore été abordée parmi nous, cela dépendra d'abord du nombre de candidat.e.s UTF qui seront élu.e.s à la suite des élections universitaires.Par ailleurs, cela peut aussi dépendre des groupes de travail et de l'implication des étudiant.e.s et des élu.e.s sur un sujet en particulier qui permettra de créer une dynamique centrée sur un projet ou sur un autre.

  • Vous entendez quoi par "social" ?
    Vous nous avez peut être vu ou entendu revendiquer une liste "sociale". Qu'est ce que cela veut dire ? Pour nous, le terme social tel que nous l'employons signifie la défense des minorités, la réduction des inégalités, la lutte pour l'équité, la juste représentation de tous.

  • Vous entendez quoi par dynamique participative ?
    Nous comptons solliciter votre avis via des sondages ou des réunions publiques, afin de vous faire participer aux décisions qui vous concernent. Notre objectif est de faire participer les étudiant.e.s de l'UTC à la vie de leur école, réflechir ensemble aux choix qui sont faits et aux directions qui sont prises.

  • Vous dites être une liste écologique ET SOCIALE alors pourquoi est-ce qu'il n'y a que peu de points sur la réduction des inégalités dans votre programme (bourses, accès à la santé, étudiant.e.s étranger.e.s, procédure de recrutement…) ?
    Certaines propositions manquent dans le programme, mais nous avons pris le soin de détailler les convictions qui nous animent en tant que liste. C'est pourquoi il est important pour nous de nous revendiquer liste sociale. Les problématiques de réduction des inégalités nous animeront tout comme les problématiques économiques. Notre volonté est de représenter les étudiant.e.s et de porter leur voix dans les conseils. Ainsi lorsqu'il s'agira de répondre à ces problématiques-là nous nous rangerons toujours du côté de l'équité et de la justice sociale pour les étudiant.e.s.

  • Pourquoi des fontaines à eau alors qu''il est possible de remplir les gourdes aux toilettes ?
    Nous souhaitons encourager le maximum de personnes à apporter une gourde et ainsi à abandonner les bouteilles en plastique. La mise en place de fontaines à eau en réseau, qui permettrait de remplir un contenant et de boire facilement de l'eau fraiche et saine directement à la fontaine permettrait d'encourager les étudiant.e.s réticent.e.s à l'idée de boire directement aux robinets. Des débats ont eu lieu en interne sur cette question et dans le but de promouvoir la divergence d'avis des étudiant.e.s, il nous semblait plus inclusif de garder cette proposition.

  • C'est quoi la compétence ingénierie durable ?
    La compétence ingénierie durable représente la possibilité pour les étudiant.e.s de l'UTC de se former aux enjeux de la durabilité (sociale et environnementale). Des propositions permettant de rendre consistante cette compétence sont précisées dans nos programmes, en particulier ceux des bureaux de départements où cette compétence se déclinerait de manière plus concrète.Les étudiant.e.s l'ayant validée pourront le faire apparaître sur leur diplôme afin de montrer qu'il.elle.s ont été formé.e.s à l'UTC à la soutenabilité, compétence aujourd'hui recherchée dans le monde du travail.

  • Vous entendez quoi par des temps d'expérimentation de formats pédagogiques originaux ?
    Dans un premier temps les formats pédagogiques originaux sont des méthodes d'enseignements qui ne ressemblent pas aux méthodes classiques (telles que les cours magistraux), on peut imaginer par exemple des méthodes pédagogiques qui intègrent davantage de communications et d'entraide entre les étudiant.e.s, qui proposent d'avantage d'intervention par des intervenant.e.s extérieur.e.s ou des déplacements sur des nouveaux lieux d'apprentissage (visite d'industries ou de laboratoires de recherche par exemple), ou encore qui remettent en question la dynamique traditionnelle enseignant.e-étudiant.e.Des temps d'expérimentations pour ces formats pédagogiques, qui sont à inventer avec toutes les parties prenantes, permettraient d'avoir des retours de la part des enseignant.e.s et des étudiant.e.s sur ces méthodes.

  • Que souhaiteriez vous mettre en place pour le mineur DD-RESET ?
    Le mineur DD-reset est aujourd'hui, dans un premier temps, trop méconnu. Nous souhaitons mettre davantage en avant les mineurs dans leur ensemble, en particulier pour les étudiant.e.s arrivant en branche qui n'ont souvent que peu de temps pour valider un mineur.Par ailleurs, le mineur DD-reset est validé lorsque l'étudiant.e valide une UV par catégorie (Ces catégories sont les suivantes : ingénieur, éco-gestion, projet sur un thème DD, citoyen et éthique). Seulement, ces UV ne sont pas mises en corrélation entre elles. Cela ne permet donc pas d'acquérir une vision systémique des problématiques du mineur. Ainsi notre volonté est d'engager une réflexion pour accompagner cette acquisition de la vision systémique.Pour en savoir plus, voici la présentation de l'ensemble des mineurs de l'UTC : https://www.utc.fr/formations/diplome-dingenieur/les-formations-transverses-technologie-et-sciences-de-lhomme/les-mineurs.html

  • Qu'est-ce que l'UV IR (Initiation à la recherche) ?
    Nous proposons de réhabiliter l'UV IR. Il s'agit d'une UV qui permettait aux étudiant.e.s de mettre un pied dans le monde de la recherche en travaillant sur un sujet ou un article de recherche sous la supervision d'un.e enseignant.e chercheur.se. La proposition de notre programme étant : "Réhabilitation de l'UV IR (Initiation à la recherche) qui permettrait aux étudiants de découvrir le monde de la recherche ainsi que ses codes et d'acquérir plus de rigueur."

  • Vous souhaitez encourager le retour des assos qui traitent de sujet de politique, quelle est votre position vis à vis des assos religieuses ?
    Un cadre juridique national réglemente la présence d'associations religieuses dans l'enseignement supérieur. Ce sujet est également abordé dans le réglement intérieur de l'UTC, à savoir dans l'article 22-3, qui stipule que les usagers ont le droit d'exprimer leurs convictions religieuses, tant qu'il s'agit d'un comportement ni ostentatoire (qui est montré avec insistance et sans discrétion), ni prosélyte (qui cherche à susciter l'adhésion d'une autre personne), ni de propagande (qui propage avec tous les moyens disponibles une idée, une opinion, une idéologie ou une doctrine et stimule l'adoption de comportements au sein d'un public). L'application claire de ces critères est parfois difficile à discerner, mais une association se plaçant sans ambiguité dans ce cadre réglementaire a donc toute sa place à l'UTC. Récemment, l'association Coexister dont la vocation est d'agir pour le vivre ensemble et de créer du lien entre les croyants de toutes confessions et les non-croyants a organisé plusieurs événements en partenariat avec d'autres associations du BDE, comme le Café des Lumières, et cela a été très bien accueilli par les étudiant.e.s.

  • "Mettre en place des élu·e·s pour le cursus HuTech, et transformer les délégué·e·s de Tronc Commun en élu·e·s au même titre que les élu·e·s de branche." Pourquoi ?
    Actuellement, les intérêts des HuTechs sont représentés par les délégué⋅e⋅s TC et le CÉVU. Les HuTechs sont une minorité d'étudiant⋅e⋅s et n'ont donc pas leurs propres élu⋅e⋅s. Les problématiques du Tronc Commun et d'HuTech ne sont généralement pas les mêmes. En effet, à titre d'information, les HuTechs suivent plus d'UVs de TSH et un peu moins de CS et de TM que les TC. De plus, les temporalités diffèrent, car si le TC dure 2 ans, le cursus HuTech dure 3 ans, durant lesquels les étudiant⋅e⋅s incorporent progressivement des UVs de branche pour ne pas accumuler de retard. En effet, il s'agit d'une formation en 5 ans, ils n'ont donc officiellement que 2 ans de spécialisation en branche. Comme nous estimons que les HuTechs font face à des problématiques différentes des TC, nous souhaitons que des élu⋅e⋅s HuTechs soient élu⋅e⋅s pour les représenter. De plus, nous aimerions inscrire dans les statuts de l'UTC que les HuTech ont le droit de se présenter aux élections de leur Bureau de Département respectif, à partir du HU05.Les délégué.e.s de Tronc Commun ne sont pas toujours consulté.e.s lors des modification/suppression/création d'UV et nous souhaitons les légitimer dans leur rôle de représentant.e.s des étudiant.e.s en les transformant en élu.e.s.
  • Pourquoi vous ne présentez pas de bilan alors que vous avez aussi des anciens élu.e.s ?
    Parce que, même si nous avons des ancien.ne.s élu.e.s dans notre liste, il y en a également dans d'autres listes ainsi que d'autres qui ont fait le choix de ne rejoindre aucune liste. Ainsi, nous souhaitons respecter cette diversité d'opinion en ne nous appropriant pas un bilan qui n'est pas entièrement le nôtre. De plus, des enseignant.e.s et membres du personnel de l'UTC ont également participé à la mise en place des actions des précédent.e.s élu.e.s et ne souhaitent pas forcément être associé.e.s à une liste en particulier.Nous pensons que le bilan des ancien.ne.s élu.e.s devrait être publié par le compte Elouan Elutc, le compte des élu.e.s du mandat précédent, afin de rester neutre. Retrouvez le compte par ici : https://www.facebook.com/elouan.elutc.1 .
  • Est-ce que le programme va évoluer ?
    Nous souhaitons représenter au mieux les intérêts des étudiant.e.s et comptons solliciter leur avis au cours de notre potentiel mandat à venir. Le programme évoluera donc pour prendre en compte ces avis, tout en restant fidèle à nos convictions d'origine qui nous auraient potentiellement amené.e.s à être élu.e.s !
  • Vous vous revendiquez une liste écolo mais vous nous distribuez des tracts, vous utilisez Facebook, Instagram, Mattermost, vous avez un site internet et un bot, etc ... c'est pas très écolo, si ?
    Le projet UTF a pour vocation d'être répliqué dans d'autres écoles et universités, des organisations comme le REFEDD suivent déjà les démarches que nous entreprenons. Afin de pouvoir mettre en avant un maximum l'initiative UTF pour qu'elle soit reprise ailleurs, il semblait difficile de ne pas multiplier nos supports de communication. De plus, être visible et être élu.e.s nous permettra d'avoir un impact bien plus positif (si nous parvenons à mettre en place nos propositions) et compensera largement l'impact négatif dû à notre communication.Nous avons utilisé les moyens de communication qui sont massivement employés par les UTCéens pour toucher un maximum la communauté étudiante, mais si nous sommes élu.e.s, nous souhaitons encourager les étudiant.e.s à utiliser de préférence les outils de communication libres comme Mattermost et Mastodon - comme nous le faisons actuellement.Pour ce qui est des tracts spécifiquement, il faut savoir que selon plein de paramètres (types d'impression, type de stockage des données numériques...) les tracts sont parfois plus écolos que les supports numériques ! On vous renvoie à cette petite vidéo qui explique très bien les enjeux : https://www.youtube.com/watch?v=Gtumgyddbb8
  • D'où viennent les chiffres du sondage que vous citez dans le programme ?
    Voici le rapport de la Consultation réalisée en P19 par un groupe d'étudiant.e.s, qui nous a servi de base de travail  : https://cloud.utc.fr/index.php/s/Hjkgb7FHFBCfQt9. C'est de ce rapport que viennent les statistiques que nous citons. Par ailleurs, les remarques récoltées nous ont également servi à construire notre programme. Si vous avez besoin d'explications sur certains points du rapport, pouvez demander sur le Mattermost de "ID en UT" : https://team.picasoft.net/id-en-ut/

  • Est-ce que la partie réflexive "éthique" que vous proposez dans les rapports de stage serait quelque chose d'obligatoire, ou juste suggérée dans la rédaction de ceux-ci ?
    Nous nous sommes posé cette question lors de la rédaction du programme. Rendre obligatoire cette partie réflexive pourrait poser des problèmes aux étudiant.e.s dans la mesure où le rapport est relu par l'entreprise, il.elle.s ne se sentiraient peut être pas à l'aise de le faire de façon complètement honnête. Ainsi nous sommes encore en discussion sur les modalités d'application de cette proposition notamment avec des enseignant.e.s qui nous ont aidé à réfléchir sur ces questions entre autres. D'ailleurs, l'un.e d'entre eux.elles nous a proposé d'accompagner la réflexion sur la période entre le TN09 et le TN10 plutot que de demander une partie réflexive au rapport, ce qui est intéressant et que nous prenons également en compte dans notre réflexion.
  • La validation de crédits pour des compétences acquises dans un cadre extra-universitaire, est-ce que ce n'est justement pas en opposition avec le caractère extra-universitaire de ces activités ? Est-ce que ce n'est pas déjà un peu le principe des PR/TX ?
    Nous pensons qu'il faut valoriser les connaissances et l'expérience que l'on peut acquérir dans un cadre extra-universitaire et externe à l'UTC (nous ne parlons pas ici des projets associatifs réalisés à l'UTC).Nous souhaitons valoriser les compétences acquises lors des périodes de césures qui permettent aux étudiant.e.s de réaliser des expériences en dehors du cadre universitaire mais qui sont cependant très valorisantes pour eux.elles.Nous nous sommes d'ailleurs inspiré.e.s de la loi Égalité et Citoyenneté qui parlait de la valorisation de compétences acquises dans un cadre extra-universitaire via l'attribution de crédits et nous aimerions la voir appliquée à l'UTC (voici le lien de l'article de loi correspondant : https://frama.link/article_loi_egalite_citoyennete ).Nous prenons également l'exemple du groupe Centrale qui permet à tou.te.s ses étudiant.e.s de partir en césure durant 6 mois tout en validant des crédits en réalisant un projet extra-universitaire.Par ailleurs, pour préciser et être plus clair.e.s sur ce point, nous ne souhaitons pas permettre la validation de crédits pour les engagements au sein des associations durant le semestre, en effet, donner des crédits pour les associations serait perdre le but même de celles-ci.

  • Pourquoi souhaitez vous discuter "avec le BDE" du retour des associations traitant de politique ? Dans quelle mesure le BDE intervient-il sur ces questions ?
    Dans les statuts du BDE-UTC, il est spécifié que : "Le BDE et les membres de sa fédération agissent indépendamment de toute organisation politique, syndicale ou religieuse." (https://frama.link/statuts_BDE_19_11_18 ). Or la notion de politique est assez taboue à l'UTC, et donc la mise en place d'initiatives à visée politique mais apartisane n'est pas spécialement incitée.Nous souhaitons lever ce tabou afin d'encourager les étudiant.e.s à s'informer et à participer à la vie du citoyen.ne, en sachant que la politique ne se résume pas à la politique politicienne mais bien à l'organisation de la société dans son ensemble, à ce qui a trait au collectif.Le but est ici d'informer les étudiant.e.s, de leur permettre de débattre ensemble sur des sujets politiques et d'actualités.L'un de nos objectifs principaux est d'encourager une dynamique participative au sein de l'UTC, et nous voulons remettre les étudiants au cœur de la vie politique de leur établissement en leur permettant d'avoir accès de manière ouverte à nos réflexions.Cela passe donc par la promotion des activités du Café des Lumières ou par l'organisation de conférences-débats comme celle du mardi 19 novembre : https://www.facebook.com/events/415768985998210/

  • La plateforme fonctionnelle pour les rapports de stages/projets d'UV/polycopiés correspond elle à Shwet ? Ces documents n'ont-ils pas à vocation d'être plus ou moins personnels et confidentiels ? Est-ce qu'en faciliter le partage n'est pas nuire à la réflexion derrière ces travaux en facilitant le recopiage bête et méchant ? D'autant que pour la partie poly il y en a déjà pas mal sur la BU.
    La plateforme que nous imaginons ressemblera effectivement à Shwet mais en plus fonctionnelle. Nous envisageons un partage de documents qui se fera en fonction de la volonté de chacun.e. Nous ne souhaitons pas obliger une personne à diffuser son travail si elle souhaite le garder pour elle ni rendre public des rapports à vocation confidentielle. Ici on parle effectivement d'une plateforme destinée à mettre en commun des rapports de projets, TX, PR, stages, bref tous les projets qui engendrent une réflexion pas simplement encadrée comme peut l'être un TP. Les rapports concernés ne sont donc pas ceux qui sont sur des sujets récurrents et qui pourraient avoir un intérêt à être recopiés, mais bien ceux dont les sujets et/ou problématiques sont choisies par les étudiant.e.s. Le but est de permettre aux étudiant.e.s de ne pas laisser leurs travaux tomber dans l'oubli au bout de 6 mois, mais de les mettre à disposition si ils le souhaitent d'autres étudiant.e.s qui pourraient être intéressé.e.s pour en savoir un peu plus sur telle ou telle thématique.Nous pensons que le partage de ces documents, plutôt que de nuire à la réflexion, permettra aux étudiant⋅e⋅s d’aller plus loin ensemble et correspondra mieux au travail d’un⋅e ingénieur⋅e. Il nous semble en effet que le travail de l’ingénieur.e consiste avant tout à partir de l’existant pour l’améliorer.Par ailleurs, les enseignant.e.s disposent de logiciels anti-plagiat ce qui évite fortement le recopiage. La mise en place d’une plateforme permet à chacun.e de disposer des mêmes bases et de réduire les inégalités entre ceux qui disposent des rapports des autres, et ceux qui ne les possèdent pas.Pour ce qui est de la BU, on retrouve effectivement de nombreux poly, mais pas les rapports des étudiant.e.s. Ils sont le fruit d'heures de travail et méritent souvent d'être diffusés pour encourager le partage d'informations. De plus, il est parfois utile d’avoir accès à un polycopié de cours lors d’un stage ou d’un semestre à l’étranger auquel cas il est intéressant d’en faciliter l’accès.
  • Vous proposez d'évaluer les préoccupations de soutenabilité des entreprises, notamment pour celles auxquelles fait appel l'UTC pour les services relatifs à la vie du campus, n'y a-t-il pas un risque de diffamation pour certaines entreprises ?
    Cette question fait référence à cette proposition de notre programme : "Lister les entreprises auxquelles l'UTC fait appel pour tous les services relatifs à la vie du campus : fournisseurs d'électricité, agence de ménage, banques, etc. afin de les évaluer au travers de leurs préoccupations de soutenabilité. En parallèle, lister lorsque cela est possible les alternatives et les différences de coûts."Nous ne souhaitons pas encourager le bashing des entreprises embauchées par l'UTC mais plutôt permettre à l'UTC d'intégrer des clauses de durabilité dans ses appels d'offres par exemple et donc de devenir davantage responsable à ce niveau. Cela permettrait de plus de mettre en avant les entreprises qui font des efforts sur le plan social et environnemental. Nous sommes conscient.e.s du risque et nous souhaitons réfléchir aux moyens de mettre en place cette proposition de façon respectueuse pour tou.te.s.Notre objectif est d'amener d'avantage de transparence à l'UTC, car il nous semble important que les étudiant.e.s aient accès à ces informations. Nous nous positionnons dans une démarche de mise en avant des bonnes initiatives dans le but de les reproduire.

  • Pourquoi vouloir rendre invisible le GPA en interne à l'UTC alors qu'il est utile aujourd'hui pour classer les étudiant.e.s pour les départs à l'étranger par exemple ?
    Le GPA est effectivement utilisé depuis début 2016 en interne à l'UTC pour classer les étudiant.e.s pour les départs à l'étranger (CR du CÉVU correspondant : https://frama.link/introduction_GPA ).Sans parler des fondements éthiques que le GPA peut avoir, UTF souhaite avant tout appliquer ce qui a été décidé à l'UTC et empêcher que des dérives aient lieu dans les différents services de l'UTC - sans respecter la décision initiale du CÉVU - sous pretexte de simplification. Nous citons le CÉVU lors de l'introduction du GPA en interne à l'UTC : "Il n’est pas envisagé que le GPA puisse servir à un quelconque classement, qui est incompatible avec la notion de parcours individualisé des étudiant.e.s de l’UTC."Une candidature étudiante pour un départ à l'étranger n'est pas facile à arbitrer, utiliser une unique note sur 5 ne nous semble pas adapté. Prendre en compte la motivation revient effectivement à juger de l'éloquence, ou encore des talents d'écriture, mais cela permet au moins d'introduire une diversité dans les facteurs de sélection.De plus, l'UTC défend un parcours à la carte. Il semble compliqué de comparer des étudiant.e.s ayant tous des parcours différents à l'aide d'une unique note.

  • J'aime bien certaines idées du programme d'autres listes également, je vote pour eux ou pour vous ?
    Les programmes des autres listes comportent des points très intéressants, que nous n'avons peut être pas proposés. Nous ne sommes pas opposés à l'idée de mettre en pratique - si nous sommes élu.e.s - certaines des propositions que ces autres listes avancent, si tel est le souhait des étudiant.e.s.L'essentiel de ce qu'il faut retenir de notre programme ce sont les convictions que nous portons. Les propositions que nous nous engageons à mettre en place sont importantes mais elles sont vouées à évoluer notamment puisque nous aimerions créer une dynamique participative, les propositions seront donc rediscutées avec le plus grand nombre.D'ailleurs, si vous avez des idées à nous soumettre auxquelles nous n'aurions pas pensé, n'hésitez pas à nous en parler.